Les rares courses qui se tiendront cette année le seront à une période où la frontale sera souvent nécessaire. Alors, il est peut-être temps de s’équiper et prendre en main votre nouveau matériel pour les futures échéances. En matière de frontale, le choix est large. La tendance est à l’ouverture du marché, grâce à des marques « made in France » (Stoots, Go Lum) ou d’autres, comme Ledlenser. Découverte d’un de leurs derniers modèles, la MH7, qui équipe notamment Xavier Thévenard ou Pau Capell. Rien que cela.

Préambule
Les conditions du test de la MH7 de Ledlenser sont celles d’une utilisation pour le trail running. Néanmoins, comme vous le verrez, cette frontale peut évidemment être utilisée pour bien d’autres activités outdoor (randonnée, vélo, etc.).

Jusque récemment, lorsqu’on devait choisir une frontale, il y avait schématiquement deux solutions : mettre le prix fort (>120€) et s’offrir du très bon matériel, ou avoir du matériel peu ou pas adapté à la pratique du trail. En effet, dès lors qu’on achetait des frontales bon marchées, la puissance du faisceau lumineux et surtout l’autonomie rendaient bien souvent l’accessoire inutilisable pour couvrir l’ensemble des besoins.

Pour une petite sortie en soirée, pas de problème (encore que), mais pour un ultra trail, il fallait tout de suite oublier. En partant de cet état de fait, et constatant qu’il y avait un manque sur le marché, Ledlenser, marque spécialisée dans l’éclairage (outdoor bien sûr, mais aussi professionnel, pour les artisans notamment) a cherché à développer des frontales alliant performance et prix serré.

Plusieurs gammes y sont dédiées parmi lesquelles la gamme NEO et la gamme MH dont je vais parler plus en détail ici.

MH7 ledlenser

La gamme MH

J’avais déjà eu l’occasion de tester la MH5, petite sœur de la MH7, il y a quelques mois, et j’avais été convaincu par sa facilité d’utilisation et sa légèreté. Néanmoins, il fallait bien reconnaître qu’elle était un peu juste en termes de performance pour faire office de frontale principale pour partir sur un ultra. Et puis, j’ai vu Pau Capell courir avec cet autre modèle, la MH7 (ou la MH8, les deux modèles sont quasi identiques) à la Transgrancanaria en début de saison, et récemment sur Instagram, et cela m’a donné envie de comparer.

Sur le papier, cette MH7 répond aux défauts que l’on pouvait faire à la MH5 en termes de performance : un faisceau lumineux plus puissant (600lm max), une autonomie élargie (entre 3,5h et 40h en fonction de la puissance choisie), mais elle est aussi plus lourde (139gr contre 94gr). De visu, un autre changement m’intriguait : l’ajout d’un deuxième élastique passant sur le haut de la tête verticalement.

Même si le maintien de la MH5 était bon, j’imaginais que cet ajout serait surement bienvenu. Enfin, le prix reste plus que correct puisque cette MH7 est vendu au prix catalogue de 60€ (si on cherche un peu, on peut même la trouver moins chère).

MH7 ledlenser

Au centre la MH7, à gauche la MH5, et à droite la NEO10R.

Mon avis sur la MH7 de Ledlenser

Selon moi, cette MH7 de Ledlenser est le meilleur rapport qualité-prix qui existe sur le marché de la frontale. Je pourrais m’arrêter là, mais je vais tout de même vous expliquer pourquoi. Si demain je devais choisir entre ma Kiska 2 de Stoots et la MH7, il me paraît évident que je pencherai pour la Stoots. Si j’ai le même dilemme entre la MH7 et les modèles des Petzl (Swift RL ou Nao+), la par contre je pencherai pour la MH7. Par contre, si je devais en acheter une, mon choix serait peut-être différent…

MH7 ledlenser

  • Elle coche les cases de ce qu’on attend d’une frontale performante

La MH7 de Ledlenser répond aux attentes d’un point de vue « performance », et comme expliquait plus haut, elle vient combler le manque qui existait sur la MH5. Plus puissante, elle offre un meilleur confort dès lors qu’on est sur une partie technique ou en descente. Sa plus grande autonomie permet de passer une nuit sans trop de problème si on la gère correctement (il n’est pas utile d’être toujours à puissance maximale lorsqu’on court, notamment en montée ou 200lm suffise bien souvent).

Autre point d’intérêt pour moi, son ergonomie : très simple à utiliser, on ne se perd pas dans des modes « intelligents ». Changer la batterie est très rapide et celle-ci se trouve sur le front et non à l’arrière (contrairement à la gamme NEO) ce qui fait toute la différence selon moi. Enfin le confort et le maintien sont aussi très bon et l’ajout de ce deuxième élastique vertical est plus qu’utile.

J’ai été vraiment convaincu de ce point de vue. La frontale reste bien en place même à vitesse élevée, et en descente où les chocs sont plus forts. J’ai tendance à penser que cela permet aussi de mieux répartir le poids sur la tête et d’éviter de fatiguer les cervicales.

  • Un prix défiant toute concurrence

60€ pour ces performances, il n’y a guère de concurrence sur le marché. Regardons de plus près : c’est près de deux fois moins cher que la Swift RL de Petzl, c’est plus de deux fois moins cher que les autres modèles haut de gamme (Kiska 2, Go Lum, Nao+). Alors évidemment, si vous cherchez ce qui se fait de mieux qu’importe le prix, vous irez peut-être voir dans des gammes supérieure (et encore, si la Kiska 2 est en effet meilleure, pour la Nao+ par exemple, je n’affirmerai pas la même chose). Mais à ce prix-là, Ledlenser est bien devant…

Pour une pratique en Ultra : visez la MH8

Pour conclure, je dirais que la MH8 est au final le meilleur choix. 10€ plus chère (70€ contre 60€), elle présente une autonomie encore supérieure offrant la garantie de tenir sans problème la nuit entière même en oubliant de baisser de temps à autre la puissance. Pour le reste elle est identique à la MH7.