Sélectionner une page

Chaussures, sacs, vestes imperméables, l’équipement du traileur se concentre généralement sur ces éléments que l’on considère primordiaux. Ils le sont certainement, mais un autre accessoire, trop peu souvent mis en avant, l’est tout autant : le sous-vêtement. En la matière Saxx est reconnue comme la référence. J’ai testé deux de leurs produits, revue complète. 

Il ne fait jamais partie de la liste du matériel obligatoire, certains préfèrent les shorts avec caleçon/slip intégré, et pourtant, cet accessoire peut parfois vous sauver. Sans avoir de chiffres précis sur les causes d’abandons sur ultra, il y a fort à parier qu’un nombre non négligeable d’entre eux sont dus aux irritations à l’entrejambe. Moins impressionnant qu’une entorse ou une lourde chute, la douleur occasionnée est pourtant souvent plus terrible et insupportable. D’où l’intérêt d’y prêter attention.

Quelles solutions ?

La première, bien connue de tous est l’utilisation d’un crème anti-frottement. La plus réputée est la fameuse crème Nok, aussi utilisée pour les pieds, qui donne de très bons résultats, mais d’autres marques ont le même résultat. Néanmoins, si pour des distances raisonnables cela peut faire l’affaire, dès que l’on s’engage sur des courses de plus de 5 heures, cette solution trouve ses limites, particulièrement en été où l’on transpire plus intensément.

En effet, la transpiration laisse du sel sur la peau qui, en s’accumulant au fil des heures, provoque irrémédiablement des frottements et des irritations. Chaque pas peut devenir alors une souffrance et lorsque le mal est fait, il est très compliqué de rattraper le coup.

Saxx, la solution ultime

C’est pourquoi il vaut mieux prévenir que guérir et si les crèmes anti-frottement peuvent être efficaces pendant quelques heures, la vraie solution, quelles que soient les circonstances reste un sous-vêtement adapté. 

Saxx a développé une technologie baptisée “BallPark Pouch”, dont l’idée est de permettre d’éviter tout frottement au niveau de l’entrejambe. Voici une courte vidéo très explicite :

Pensée à l’origine pour les caleçons, cette technologie a été également adaptée à un short conçu spécialement pour le sport. J’ai testé les deux versions, voici mon avis.

Caleçon ou short : retours du terrain

Boxer Kinetic

Boxer Kinetic Saxx

Je sortais d’une mauvaise expérience pendant l’Ultra Harricana, où j’avais non seulement oublié de mettre de la crème anti-frottement, mais où j’avais en plus un short avec slip intégré peu adapté à ce genre d’effort. Cela n’a pas manqué, au fil des heures et des frottements, des irritations m’ont bien embêté. Souvent sujet à ce type de problèmes, je plaçais beaucoup d’espoir dans ce boxer Kinetic de Saxx. Lors de ma dernière course de cette 2019, l’Hivernale de Templiers (66km/2200D+), je l’ai embarqué avec moi, sans crème anti-frottement supplémentaire. 6h39 d’effort, et absolument aucune irritation à signaler. De ce point de vue, le contrat est rempli. Par ailleurs, au-delà de cette caractéristique technique, le caleçon est très confortable, chose également importante sur des efforts d’endurance. 

La seule difficulté est de trouver un short adapté. Une grande majorité de shorts de course à pied/trail comportent aujourd’hui soit des slips/caleçons intégrés, soit des systèmes de compression. 

Short Kinetic Sport

short kinetic sport saxx

C’est dans cette perspective que le short Kinetic Sport peut être une solution alternative très intéressante. Construit sur la base de cette même technologie, ce short est un tout en un intéressant. Très confortable, j’ai pu le tester sur de longues sorties en montagne dans le Beaufortain de plus de 7 heures. Là aussi aucun frottement à signaler, il est très efficace. Je préfère néanmoins la version boxer car plus légère (en mettant par dessus un short léger). Le short Kinetic sport est un peu plus lourd, mais ceci est un détail.

Conclusion

Saxx est une référence, et l’on comprend pourquoi. Grâce à sa technologie “BallPark Pouch”, elle offre un confort et une solution parfaite pour éviter ce qui est peut-être bien l’une des douleurs les plus difficiles à gérer pour un coureur/traileur. Un indispensable qu’il faut avoir dans sa garde de robe de sportif.